Jules Lavirotte immeuble 29 Ave Rapp.

 Jules Lavirotte immeuble 29 Ave Rapp.

Immeuble Lavirotte.29 Ave Rapp.

Jules Lavirotte immeuble 29 Ave Rapp.Paris 7

29 Ave Rapp 75007

Façade du 29 Ave Rapp 75007

Signature de Lavirotte sur l'immeuble.

Signature de Lavirotte sur l’immeuble avec date de construction.

 

Bonjour tout le monde,

Venez avec moi découvrir ce monument de l’éclectisme de l’Art nouveau. Si vous ne le connaissez déjà.

Sans doute l’immeuble le plus baroque de l’Art nouveau.Il met en valeur Grès flammés,briques vernissées,ferronnerie d’art et sculptures dans la masse.

Cet immeuble dissymétrique aux envolées lyriques est construit par l’architecte Jules Lavirotte en 1901 en association avec le céramiste Alexandre Bigot. Il y déploie un enthousiasme très volubile. Je vous invite à visiter, à travers des photos ce bâtiment fantasque. Riche en symboles sexuels,courants dans l’Art nouveau.

Porte cochère en chène massif.

Porte cochère en chêne massif encadrée de sculptures luxuriantes d’après les dessins de jules Lavirotte

Porte d'entrée en chene massif

Le bois de la porte est particulièrement ouvragé, accompagné d’un bestiaire en ferronnerie d’art.

Dondelinger est l’artiste qui a réalisé les éléments en ferronnerie dont les paons,lézard,dragons.

Dragon sur la porte cochère.

Dragon sur la porte cochère

Poignée sculptée en forme de lézard

Poignée en forme de lézard sculpté fixée à la porte d’entrée.

Détail de la porte,laquelle en dehors des paons encadrant les œils de bœuf, aurait en son centre un phallus décalotté surmonté de 2 testicules.

oeils de boeuf.

Œils de bœuf encadrés de paons en fer forgé .

Le linteau central au dessus de la porte respire là encore la sensualité, l’amour.Tout l’encadrement est l’œuvre du sculpteur Jean Baptiste Larrivé,qui recevra le grand prix de Rome quelque temps plus tard.

Sculpture en haut de la porte.

Encadrement haut de la porte.Sculpture d’un buste de femme entourée de 2 corps nus.l’un masculin, l’autre féminin.

Buste de femme.

Buste de femme avec un renard s’enroulant mollement autour de son cou.La femme de Jules Lavirotte ?

 

 

Nu féminin.

Nu féminin lascif et provoquant.

Nu masculin

Nu masculin semblant inviter le passant.

Balustrade du 2 ème étage.

Balustrade du 2ème étage, 2 bœufs soutiennent le balcon central du 3 ème

 
Balustre du garde-corps.

Les balustres du garde-corps du 2 ème symboliseraient des sexes féminins.

Autres particularités de la façade.Sculptures d’après les dessins de l’architecte.

Garde-corps au rez de chaussée.

Garde-corps au rez de chaussée.

Linteau décoré de la grande fenetre du 1er

Linteau de la grande fenêtre du 1er étage,décoré de chats ,d’oiseau,de plantes enchevêtrées.

Detail des 2 boeufs.

Plus en détail des 2 bœufs soutenant le balcon central.

Colonnes vert malachite flammées d'or.

Colonnes vert malachite flammées d’or de la loggia du 4 ème étage.

Vue de l'immeuble à partir du 2 ème.

Vue de l’immeuble à partir du 2ème.On doit le garde-corps ouvragé du balcon du 3ème à Dondelinger.

Un aperçu de la cage d’escalier ou l’on retrouve encore des symboles sexuels.

colonnes à l'entrée de la cage d'escalier.

2 colonnes à l’entrée de la cage d’escalier.

Ferronnerie en cuivre sur la porte de la cage d'escalier.

Cuivre sur la porte de la cage d’escalier.

escalier en fer forgé.

Départ de l’escalier avec sa rampe en fer forgé.

Fenetres à vitrail dans la cage d'escalier.

Fenêtres à vitrail dans la cage d’escalier.

Détail du papier peint.

Détail du papier peint de la cage d’escalier.Certains y interprète un symbole sexuel.Pistil phallique.

 
Porte cintrée par étage.

Double porte cintrée avec un lézard pour poignée.

Décoration phallique à chaque étage.

Décoration très phallique à chaque étage.2 par étage.

C’est Alexandre Bigot le céramiste très apprécié qui lui demande de construire un immeuble locatif qui mettrait en valeur le Grès flammé et la brique vernissée. Natif de Mer (Loir et Cher) Alexandre Bigot y développe son usine de céramique. Il a besoin d’une « vitrine » pour valoriser son travail. Le terrain appartenant à Jules Lavirotte, ce dernier s’associe avec le céramiste. L’immeuble est primé au concours des façades de la ville de Paris,bien que le jury constate  « qu’il y a plutôt abus de décorations mais cet abus a son excuse ». Jules Lavirotte a, sans doute cherché, à valoriser les produits de la société Bigot et Compagnie.

L’immeuble aura du mal à trouver des locataires, sans doute à cause de son coté très excentrique. Lavirotte, en difficulté financière, revendra ses parts 3 ans plus tard.

J’aimerais que cet article provoque une envie de voir ce lieu.

Une monographie : Jules Lavirotte. L’audace de l’Art nouveau.Auteur Y.Lavirotte-O.Barancy.

N’oubliez pas mon autre  coup de cœur.

Octavie.

 

Vous aimerez aussi...